Profitez de vos nuits à l’hôtel Les Grenettes sur l’île de Ré pour visiter la réserve naturelle de Lilleau des Niges !

Une réserve bien abritée sur l’île de Ré

Tout au Nord de l’île de Ré, la Réserve naturelle de Lilleau des Niges occupe une partie du territoire du Fier d’Ars, une baie fermée et naturellement protégée des vents marins et de la houle. Cette réserve insulaire fait face à la baie de l’Aiguillon, autre espace naturel protégé situé côté continent. La douceur du climat de l’île, réputée pour son ensoleillement très généreux et sa faible pluviométrie, fait de la réserve de Lilleau des Niges un habitat, un site de nidification, une étape hivernale ou un site de reproduction majeur pour de nombreuses espèces, principalement d’oiseaux. Le site est classé Réserve naturelle depuis 1980. La zone protégée occupe d’anciens marais salants, des prés salés et des vasières, et s’étend sur 220 hectares. Elle est gérée par la Ligue de protection des Oiseaux (LPO). L’ensemble de la réserve naturelle de Lilleau des Niges est accessible à vélo grâce à un important réseau de pistes cyclables qui traversent les dunes, les zones forestières de l’île et les marais.

Les espèces à rencontrer

La réserve naturelle de Lilleau des Niges a pour particularité géographique d’être située sur la voie de migration Atlantique empruntée par les oiseaux en provenance des territoires nordiques (Scandinavie, îles britanniques ou Groënland) et en direction de l’Afrique. La proximité d’autres réserves naturelles, comme celle de l’Aiguillon, favorise également les échanges de population. La Réserve constitue un véritable carrefour migratoire pour les oiseaux. Plus de 300 espèces différentes ont ainsi pu être répertoriées dans cette partie de l’île. En période de nidification, soit de la mi-mars à la mi-août, peuvent être observés de nombreux oiseaux d’eau, comme le tadorne de Belon, canard coloré devenu l’emblème de la réserve, ou la sterne pierregarin. La zone fournit également une réserve de nourriture permanente au héron cendré ou au busard des roseaux. Site classé parmi les plus importants de France pour l’hivernage, la réserve de Lilleau des Niges accueille par exemple la sarcelle d’hiver et le canard siffleur, mais aussi des avocettes élégantes et des coulis cendrés. Au printemps comme à l’automne, des espèces migratrices font halte dans le fier d’Ars pour se reposer et se restaurer avant de reprendre leur envol : des spatules blanches choisissent parfois de rester finalement tout l’hiver. Les oiseaux s’observent facilement avec des jumelles. Des troupes entières, de pluviers argentés ou de berges rousses par exemple, offrent des spectacles uniques lors de leurs envols groupés.

La Maison du fier

Au cœur des marais salants du fier d’Ars, la Maison du fier est un espace d’interprétation et de découverte du patrimoine naturel rétais. Incontournable avant de vous aventurer dans la réserve de Lilleau des Niges, ce site géré par la LPO vous permettra de préparer vos observations en apprenant à mieux connaître la faune et la flore de l’île. Dans un ancien hangar de bois, la Maison du Fier abrite une muséographie interactive : la nature de l’île se découvre à travers un parcours ludique, adapté aux adultes comme aux enfants. En extérieur, des sentiers pédestres balisés sont aménagés pour vous permettre de découvrir au mieux la réserve. Ils sont ponctués de panneaux explicatifs et de points d’observation privilégiés, pour retrouver dans le cadre naturel les espèces d’oiseaux découvertes dans le musée. La Maison du Fier organise également des activités nature variées, à destination de tous les publics : des sorties découverte autour des oiseaux sont par exemple proposées, avec prêt gracieux de jumelles. Les bénévoles de la LPO organisent aussi des balades nature commentées avec longue vue. Des prêts de jumelles sont aussi effectués aux points d’observation fixes en saison. La Maison du Fier propose aux curieux et aux passionnés de nature de découvrir d’autres espaces naturels remarquables de l’île, avec des sorties thématiques autour de la flore et de la faune des remparts à Saint-Martin, des coquillages et des crustacés de l’estran, ou encore de la faune crépusculaire.